Premier séjour au Japon - Automne 2001




   En octobre 2001, les divers groupes de Kyudô européens se sont retrouvés à Kyoto. Sous la houlette de Kanjuro Shibata XXI, Sensei, nous avons participé pendant quinze jours à des rencontres avec diverses écoles. Bien sûr, un si court laps de temps ne permettait pas d'approcher et de comprendre toute la profondeur et la complexité du Japon et de ses habitants. Néanmoins, ce bref survol m'a permis d'appréhender ce que je crois être l'une des données fondamentale de l'âme japonaise, à savoir son attachement à la tradition. Celle-ci influence tous les domaines et en maintes occasions il m'a semblé qu'elle étouffait l'individu, faisant taire sa personnalité et la remplaçant par un masque figé. Mais n'est-ce pas là l'aspect le plus nocif de toutes les traditions ? D'abord aides à la survie, puis " signature " d'une appartenance à une ethnie particulière, elles sont devenues de lourds handicaps, freinant l'ouverture au monde, limitant la liberté d'expression. Parce qu'elles ont survécu aux siècles elles sont devenues l'incarnation d'une vérité absolue, indiscutable, qui interdit à la nouveauté d'éclore et à l'ancien de se régénérer. Envahissant tous les domaines de la vie quotidienne, leur poids emprisonne l'individu dans un carcan d'habitudes dont l'origine n'est jamais remise en cause, même si l'effets de ces habitudes est dévastateur. Elles engendrent, entre autre, le nationalisme et le fanatisme religieux, entretiennent la notion de castes et créent un fossé de plus en plus profonds entre les riches et les pauvres. Pourtant, les traditions ne sont que la parure d'un lieu, d'un groupe ; elles ne sont que le manteau dont s'affublent les particularités locales. Elles n'ont aucun caractère universelle. Comprendre leur essence permettrait sans doute de relativiser leur importance et, pourquoi pas, d'instaurer des relations plus authentiques, plus harmonieuses, entre les peuples ? Mais peut-on espérer une approche nouvelle des autres si l'individu lui-même n'est pas transformé par une conscience élargie de sa nature réelle ? Cette affiche collée aux murs de la gare de Kyoto semble apporter la réponse...




" Si je change, le monde entier change "...mais qui écoute son message ?




   L'Art japonais foisonne de créations remarquables d'originalité et de beauté. Bien des objets m'ont séduites, et d'abord, bien sûr, les arcs que certains artisans passionnés, de plus en plus rares, créent dans des ateliers ouverts à tous les vents. Cette coutume vise à maintenir " en vie " le bambou dont sont fait les arcs ; même si l'artisan, lui, doit souffrir des courants d'air, de l'humidité et du froid.





Quelle beauté!

   Mais d'avantage encore que les objets, c'est surtout le charme des temples et la sérénité des paysages qui m'ont fascinée.


Quelle paix!

Reflets d'automne
sur l'étang calme.
Sans l'Homme,
quelle paix!







Une tombe cachée :
le chemin d'un solitaire s'est achevé ici.

Quels ultimes secrets
Confiés à l'eau dormante ?














Dans le temple des vérités gardées,
Deux êtres perdus.

Savent-ils…
Que les nuages passent ?



La ville - sournoise
A rejoint le temple et le domine.

La paix de l'étang ?
Un rêve ancien.




   Ici comme ailleurs, l'uniformisation aura sans doute le dernier mot. L' "Homo sapiens sapiens " (!) s'achemine à grands pas vers " Le meilleur des mondes "...






Accueil ACCUEIL Bushidô BUSHIDO Shintô SHINTO Espace personnel ASUKA
Activités ACTIVITES Livres recommandés LIVRES Liens favoris LIENS FAVORIS Contact CONTACT
Séjour au Japon Séjour au Japon Technique de tir TECHNIQUE Mon dojô Mon Dojô Résumé du site traduit en Anglais English Translation